AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On peut mourir n'importe quand. ( Anya Leewait)

Aller en bas 
AuteurMessage
Théo Kame

avatar

Messages : 38

Fiche de personnage
Points d'XP:
207/300  (207/300)
Grade: Niveau 1
Exa: 20

MessageSujet: On peut mourir n'importe quand. ( Anya Leewait)   Lun 19 Nov - 23:40


- DEBOUT LÀ DEDANS EST PLUS VITE QUE ÇA ! ! !

Un cri, non, mais jamais on pourra vivre tranquille dans s'foutu bordel. Non, je ne suis pas énervé pas vrai. Je me lève donc à la vitesse de la lumière pour ne pas qu'on me hurle dessus, mais je crois que m'sieur le chef ne le voyait pas de cet avis, il venait vers moi comme un cheval au galop. Nom de Dieu saint Elpidia qu'ai-je fait au monde pour avoir cette punition dès le matin ? Je regardais le m'sieur dans yeux en cherchant sans ouvrir la bouche la cause de sa crise contre moi qui ne va pas tarder, mais à vrai dire. -puis en même temps, j'viens de me lever.- je ne voyais pas pourquoi. Il pris la parole. Un ton agacé et désespérer. Ok bon je n'ai rien fait, il va sûrement me dire de faire un truc. Le connaissant, il ne sait pas demander aux autres non, on me refile toujours les trucs les plus nuls ou voir les trucs les plus dangereux. -pas que je n'aime pas, mais genre les gens ils vont à plusieurs et moi j'suis l'abrutit tout seul.-

-Théo, je suis désolé, mais j'ai une mission que seul une personne qui paraisse vraiment jeune et qui semble innocent peut le faire.

Genre, il s'fout d'ma gueule ouvertement le mec là ? J'ai un air d'mec innocent ? Ce n'est pas marqué petite peluche à câliner sur mon front. Mais je ne disais rien, je ne voulais tout de même pas fâcher le boss qui m'donne de quoi me nourrir et de quoi laver et un endroit ou crécher la nuit. Ouais, j'ai un langage trop familier, mais bon c'est bon trainer avec des abrutis tout le temps et bien j'en deviens un sans l'vouloir. Pauvre moi. Je reposais mon regard sur l'patron et lui sortis tout naturellement.

J'suis tellement mignon qu'on m'prend pour un gosse aussi. T'veux que j'fasse mususe avec un gen pour lui faire avouer un truc et après j'le tue ?

Le patron soupirait une nouvelle. Oh oui c'était ce qu'il allait me demander. Que c'était prévisible. En même temps cela ne changeait que très rarement, franchement j'me demandais encore pourquoi j'étais encore un assassin dans s'petit groupe trop minable sa grand-mère, mais je devais rester, car même si j'dis qu'ils sont idiots, je l'ai aime bien. Je ne peux pas le nier malheureusement. Franchement si je pouvais me passer de ses trucs, j'le ferais. Je sortis de mes gongs directes sans le prévenir. Enfin comme d'habitude. Il devrait le savoir, mais il est toujours surpris quand je le fais. Le naze quoi.

-Sérieux demande aux autres un peu, j'ai p't'etre une tête d'un mec super innocent à la fin les gens vont se demander si je le suis vraiment puis j'ai genre trop la flemme quoi.

Hop, boum, plus d'vase. Trop fort le mec il sait faire tomber un truc de moins de cinq cent grammes. Faut le féliciter. Non, sérieux il va encore vouloir qu'on répare ces dégâts. Que c'est chiant. Finalement, je crois que je vais accepter, parce que sinon le mec il va nous faire une crise cardiaque sur place . Je pris le papier qu'il avait dans la main et je sorti du repère. Je me demandais ce que nous faisions ici après tout nous étions déjà venus avant et il n'y avait rien d'intéressant comme d'habitude en faite. Je regardais le papier et le nom de la personne. Oh non, une femme fait chier, j'vais encore me faire harceler par les pucelles du coins. Je pris une profonde inspiration pour éviter de penser à ce genre de choses trop futile à mon gout. Je fis trois fois le tour des auberges et des maisons pour savoir si quelqu'un connaissait cette personne, mais on dirait que c'est un fantôme enfin jusqu'à ce que je la trouve dans une ruelle, allongée par terre..morte. Putain -excusez moi du langage.- c'est qui l'idiot qui à fait mon travail que je l’extermine à mon tour. Mon patron va genre m'tuer pour ça. Je m'assis à côté du corps. -Oui, j'suis bizarre.- J'savais plus quoi faire maintenant, il faut que je dise au patron que tout est foutu. Alala, il faisait bien beau aujourd'hui..dommage que ma journée va s'assombrir.



Dernière édition par Théo Kame le Jeu 27 Déc - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On peut mourir n'importe quand. ( Anya Leewait)   Sam 24 Nov - 14:41


On peut mourir n'importe quand
Théo Kame